Signature(s)

image0

Ça se passe ce samedi 2 novembre à Paris, 10 rue de l’Arbalète, de 11h à 19h (et plus si affinités), et vous serez des centaines, sinon des milliers.

C’est un des plus curieux exercices du métier. « Vous pouvez me faire un autographe s’il vous plaît ? » On m’a demandé ça la première fois à Marseille, en 2013. Je n’étais personne la veille, les écrans venaient d’en décider autrement. J’ai fait comme si j’avais l’habitude. Comme si c’était normal. Et à force j’ai dû signer à travers le pays et jusqu’à l’étranger quelques milliers de livres, feuilles, photos, drapeaux et autres objets divers.

Pourquoi donc ? On peut se poser la question. Eh bien ce gribouillis certifié, en plus d’un prétexte pour se voir et échanger, comme une sorte de rituel de non-agression, une manière d’occuper l’espace-temps façon calumet de la paix, signifie une sorte de valeur ajoutée, un peu d’imperfection humaine (d’un point de vue graphologique, je ne produis pas deux signatures semblables) sur cet imprimé si bien fabriqué qu’il en devient un peu unique.

J’ai l’impression que ça ne vaut pas votre déplacement, votre conversation et vos remerciements – parfois vos cadeaux ! – , mais ça a l’air de vous faire plaisir. Et ces derniers temps, pendant qu’à l’autre bout de la table le gars Marsault se fend d’un dessin personnalisé par lecteur, j’essaie d’agrémenter ma bafouille manuscrite souvent illisible d’une citation qui va bien, histoire d’avoir l’air un peu profond d’un gars qu’on prétend écrivain, et qui ne se contenterait pas d’un « merci de me lire » ou d’une « excellente lecture », ce qui – j’en ai honte – a longtemps été mon cas.

Dfrw3hCWkAA5YnA

La mythique dédicace – fautive – de Guerilla 1 par François Hollande.

Alors que vous nous apportez tout ce dont on à besoin, à savoir la présence, le soutien, le sourire, la joie, parfois la détresse, la colère, quelques idées, un peu de folie, on sait de toute façon que notre petit hiéroglyphe a sur l’échelle du remerciement quelque chose d’un Castaner à l’Intérieur : ça ne suffira jamais, et c’est même un peu ridicule.

Bref, qui que vous soyez, que vous l’exprimiez ou non, pas un d’entre vous ne passe inaperçu. Vous nous laisserez en quelque sorte votre signature, la trace morale unique de ce que vous êtes et tâchez de paraître. Et épuisés mais fiers nous repartirons avec ces fragments de joie, cette mosaïque d’estime que méditera longtemps notre inconscient, avant d’en faire de la volonté.

Et cette existence « artistique » que nous vous devons nous essaierons de vous la rendre. Ces prochains mois, à peu près rien ne nous hantera davantage. Donc quelle que soit votre raison, merci d’être là ! Demain vous en aurez pour votre déplacement, avec du livre de compétition à la clé, pour ceux qui n’ont pas encore la collection.

Et en plus du gribouillis, il y a souvent le petit selfie, ça fait un souvenir. Et un moyen simple et économique de se suicider socialement.

Cet article a été publié dans Indéfini. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Signature(s)

  1. daillyplanet dit :

    Quel plaisir pour nous, lecteurs, de pouvoir vous rencontrer et discuter avec vous à l’occasion de ces séances dédicaces. Pour avoir vécu l’expérience à 5 reprises, j’ai le sentiment que vous le faites de bon cœur avec la sincérité et l’humilité qui vous caractérisent. Cela ne semble jamais être un exercice imposé. Et puis, quel bonheur ensuite de ressortir de la bibliothèque un exemplaire « gribouillé » par Obertone, pour se replonger dans la lecture avec le souvenir des quelques mots échangés. Donc ne soyez pas surpris par nos déplacements, notre présence et nos présents : ils sont un juste retour amplement mérité.

    • GERARD dit :

      Bonsoir, Je me permets cette question ; mais comment avez vous pris connaissance de son emploi du temps ? j’aurais souhaité participé à ces conférences. merci, bien à vous Gilles.

  2. GERARD dit :

    Cher Monsieur Obertone, j’après de votre bouche le futur épisode de Guérilla, je m’en doutais un peu. chouette dis-je. et c’est une très très bonne idée du livre « mais qu’est ce qu’on fait maintenant » parce que maintenant, on est prêt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s